le crapaud géant de Forillon

Tellement qu'en peu de mots je ne réussirais pas à le décrire!

Le quatre-vingt-dix-neuvième saut de crapaud

Et notre grand-père se mit à vieillir. Prendre de l’âge serait plus précis. À regarder la mer, constamment à la même place, toujours s’élancer sur la grave parfois avec furie, souvent dans des élans si calmes, cela permit au jeune garçon devenant progressivement plus âgé,…

Le quatre-vingt-dix-huitième saut de crapaud

Claire Douce Claire… par un janvier si froid! Ma première rencontre avec toi fut déterminante. Elle se produisit au début d’un janvier qui fut très froid, en Estrie, près de ce Magog aux grandes plaines enneigées. Ce jour-là, Pierre et toi, vous recherchiez une maison,…

Le quatre-vingt-dix-septième saut de crapaud

Je vous offre aujourd’hui trois poèmes de deux poétesses québécoises, Marie-Claire Blais et Cécile Cloutier. Ils sont aussi en lien avec l’histoire de la famille mik’maw. L’ENFANT QUE J’ÉTAIS, de Marie-Claire Blais Il ne reste de l’incendie de l’enfanceQu’une pierre brûléeEt cette chose qui me…

Le quatre-vingt-quatorzième saut de crapaud

Voilà que la famille Épelgiag a quitté l’Anse-au-Griffon. La surprise ne fut pas si grande, chacun sachant que les racines des nomades s’implantent partout… Mademoiselle Ève, l’institutrice, comprit le chagrin de notre grand-père suite au départ de son ami Paq’sima. Ce que nous laissent les…

Le quatre-vingt-treizième saut de crapaud

…la suite… …siawa’si… Monsieur Épelgiag fut précieux lors des travaux de reconstruction du village de l’Anse-au-Griffon. Entreprise à la fin de février, elle dura tout l’hiver 1955 pour s’achever tard à l’automne de la même année. Un chantier surnommé « le griffonnage » beaucoup à…

Archives

Copyright © 2018 le crapaud géant de Forillon